Pouvez-vous nommer ces 40 tableaux impressionnistes ?

Par: Jacqueline Samaroo
Image: Public Domain

A propos de ce quiz

Révisez vos classiques du courant impressionniste avec ces œuvres célèbres !

À leur époque, les œuvres impressionnistes apparurent d’une modernité tellement scandaleuse, qu’il fallut plus de trente ans à leurs contemporains pour, sinon les aimer, au moins les admettre. Pourtant, l’impressionnisme, si révolutionnaire qu’il fût alors, nous semble aujourd’hui, avec le recul du temps, bien davantage entretenir des liens étroits avec la tradition, et constituer l’aboutissement esthétique d’une création artistique liée à la représentation réaliste. Les futurs impressionnistes vont grandir dans une France dirigée par le régime autoritaire de Napoléon III, dont la politique culturelle entièrement axée sur la grandeur de l’Empire leur sera hostile.

Une nouvelle peinture, qui prendra le nom d’impressionnisme en 1874, va voir le jour en France, entre 1860 et 1890. Un tableau en particulier de Claude Monet conservé au musée Marmottan à Paris, donne son nom au courant impressionniste, savez-vous duquel il s’agit ? La formule de Manet : "Je peins ce que je vois, et non ce qu’il plaît aux autres de voir", résume à elle seule cette revendication de l’artiste à donner sa vision personnelle, celle de sa propre subjectivité. C’est le début de l’ère du soi et du marché de l’art !

"Impression, soleil levant" est un tableau de Claude Monet conservé au musée Marmottan à Paris, dont le titre donné pour la première exposition impressionniste d’avril 1874 a donné son nom au courant impressionniste.

Cette œuvre est sans doute la plus importante de Renoir. Au milieu des années 1870, elle fut exposée à l’exposition du groupe impressionniste de 1877. Si le peintre choisit de représenter quelques-uns de ses amis, il s’attache avant tout à rendre l’atmosphère véhémente et joyeuse de cet établissement populaire de la Butte Montmartre. Ce tableau, par son sujet ancré dans la vie parisienne contemporaine, son style novateur, mais aussi son format imposant, signe de l’ambition de la démarche de Renoir, est un des chefs-d’œuvre des débuts de l’impressionnisme.

Les nombreux éléments présents sur le marbre du bar, qu’il s’agisse des bouteilles d’alcool, des fleurs ou des fruits, forment un ensemble pyramidal allant trouver son sommet, non sans malice, dans les fleurs qui ornent le corsage de la serveuse elle-même. Les bouteilles peuvent aussi mener à sa bouche, ce qui serait logique pour des bouteilles.

Ce tableau représente un portrait collectif, mais aussi un tableau de famille. En effet, en 1873, Degas a fait un voyage jusqu’à La Nouvelle-Orléans pour rencontrer une partie de sa famille, des marchands vivant à La Nouvelle-Orléans.

Ce tableau fut réalisé par Gustave Caillebotte. Il est alors âgé de vingt-neuf ans. Il apparait lors de la troisième exposition impressionniste organisée par la Société anonyme des artistes-peintres, sculpteurs et graveurs à Paris au 6 rue Le Peletier en avril 1877.

Les Nymphéas est une série d’environ 250 peintures à l’huile élaborées par Claude Monet pendant les 31 dernières années de sa vie. Ces peintures représentent le jardin de fleurs et plus particulièrement le bassin de nénuphars de Monet à Giverny.

Il s’agit de la dernière grande œuvre de Renoir dans le style impressionniste. Renoir a travaillé au Déjeuner des Canotiers d’avril à juillet 1880. L’œuvre a été peinte sur la terrasse de la Maison Fournaise à Chatou. Renoir dont la situation financière de l’époque n’est pas brillante ne sait pas, lorsqu’il commence cette œuvre majeure, s’il pourra la terminer. Le Déjeuner des Canotiers fait aujourd’hui partie de la collection Duncan Phillips conservée à Washington.

Homer adopte un temps la palette impressionniste, puis trouve sa marque définitive, entre réalisme et symbolisme. Nuit d’été, exprime parfaitement cette synthèse. Ce nocturne situé au bord de l’océan transcende l’observation de la réalité par un sens aigu de la poésie et du mystère. Le clair-obscur baigne d’incertitude les formes, tandis que les silhouettes fantomatiques de deux femmes dansent sur le rivage. S’il est ici possible et vraisemblable de convoquer le souvenir des Vagues de Courbet, le lyrisme, teinté de mysticisme, qu’exprime Homer contribue à l’édification d’un sentiment de la nature proprement américain.

L’artiste choisit un point de vue légèrement surbaissé et place la ligne d’horizon au tiers supérieur du tableau pour augmenter le sentiment de vaste plaine.

À la différence des autres impressionnistes, ses amis, Degas est un peintre foncièrement urbain, qui aime peindre les lieux clos des spectacles, des loisirs et des plaisirs. Dans un café, lieu de rencontre à la mode, une femme et un homme, bien qu’assis côte à côte, sont murés chacun dans son isolement silencieux, le regard vide et triste, les traits défaits, l’air accablé. L’œuvre peut être vue comme une dénonciation des fléaux de l’absinthe, cet alcool violent et nocif qui sera interdit par la suite.

Pissarro et Cézanne collaborent entre 1872 et 1881. Pissarro encourage Cézanne à peindre en plein air, et les deux artistes travaillent souvent côte à côte et sur les mêmes motifs à l’Hermitage, à Valhermeil, à Pontoise.

Konstantin Korovin est un peintre postimpressionniste et décorateur de théâtre russe. Il présente ses toiles en Russie surtout aux expositions des Ambulants.

Les Joueurs de cartes de Paul Cézanne ont fait l’objet de plusieurs versions de la part de l’artiste. La première composition comporte plusieurs personnages, mais au fur et à mesure que Cézanne traite le sujet, il en réduit le nombre jusqu’à aboutir à une composition à deux personnages dont le caractère évoque une nature morte.

La balançoire offre bien des points communs avec Bal du moulin de la galette. Les deux ont été exécutés parallèlement au cours de l’été 1876. Les modèles de la balançoire, Edmond, le frère d’Auguste Renoir, le peintre Norbert Goeneutte et Jeanne, une jeune Montmartroise, figurent parmi les danseurs du Bal. Une même atmosphère d’insouciance imprègne les deux tableaux.

Ce tableau constitue une des premières représentations du prolétariat urbain. Si les paysans (des glaneuses de Millet) ou les ouvriers des campagnes (Casseurs de pierres de Courbet) ont souvent été montrés, les ouvriers de la ville ont très rarement fait l’objet de tableaux. Contrairement à Courbet ou Millet, Caillebotte, bourgeois aisé, n’introduit aucun discours social, moralisateur ou politique dans son œuvre. L’étude documentaire (gestes, outils, accessoires) le place parmi les réalistes les plus chevronnés.

C’est le portrait de Vera Mamontova fille de Savva Mamontov devenue par mariage Vera Samarina. Le tableau a été peint dans le domaine de Savva Mamontov à Abramtsevo. La jeune fille a 12 ans au moment du portrait. Elle a posé chaque jour pendant près de deux mois. Serov avait 22 ans au moment où il réalisa ce portrait.

Avec Olympia, Manet réinvente le thème traditionnel du nu féminin par le jeu d’une peinture franche et sans compromis. Le sujet autant que le langage pictural expliquent le scandale que l’œuvre provoqua au Salon de 1865. La Vénus est devenue une prostituée qui défie de son regard le spectateur. Face à cette remise en cause du nu idéalisé, fondement de la tradition académique, la violence des réactions fut considérable.

"The Avenue in The Rain" est une peinture à l’huile de 1917 par le peintre impressionniste américain Childe Hassam. Il représente la cinquième avenue à New York sous la pluie, drapée de drapeaux américains. Ce tableau est accroché dans le bureau ovale sous la présidence Obama.

"Je vais éblouir Paris avec une pomme". La Table de cuisine est une peinture sur toile de Paul Cézanne, exécutée entre 1888 et 1890. Le tableau est conservé à Paris au musée d’Orsay depuis 1986.

C’est sous l’influence de Mary Cassatt et de John Singer Sargent (1856-1925), un autre peintre américain, que l’impressionnisme se diffuse aux États-Unis. Summertime est exposé au Musée de Chicago.

A Holiday in Mentone est une peinture de 1888 de l’artiste australien Charles Conder. La peinture représente une plage de Menton, dans la banlieue de Melbourne, par une journée ensoleillée.

Degas fréquentait avec assiduité l’Opéra de Paris, en tant que spectateur, mais aussi les coulisses, le foyer de la danse, où il était introduit par un ami musicien de l’orchestre. Il s’agit encore à l’époque du bâtiment de la rue Le Peletier, et pas encore de l’Opéra conçu par Garnier qui le remplacera bientôt. À partir du début des années 1870 et jusqu’à sa mort, les ballerines à l’exercice, aux répétitions ou au repos deviennent le sujet de prédilection de Degas, inlassablement repris avec de nombreuses variantes dans les postures et les gestes.

Sous l’influence de la renaissance du rococo pendant le Second Empire, La Promenade de Renoir reflète le style et les thèmes anciens d’artistes du xviiie siècle comme Jean-Honoré Fragonard et Antoine Watteau. L’œuvre montre aussi l’influence de Claude Monet sur la nouvelle approche de la peinture chez Renoir.

The Child’s Bath est une peinture à l’huile de 1893 par l’artiste américaine Mary Cassatt. Le sujet et la perspective aérienne sont inspirés des tablettes japonaises. Il montre la dignité dans la maternité et a un style similaire à celui de Degas.

Il s’agit probablement du tableau que Morisot présenta sous le titre le lac du Bois de Boulogne, à la cinquième exposition impressionniste en 1880. D’une exécution intentionnellement sommaire, il représente deux jeunes femmes à la mode dans un bateau flottant calmement sur un lac. Le sentiment d’une impression visuelle saisie sur le vif est souligné par le petit détail d’un chariot tiré par des chevaux se déplaçant le long de la rive.

Avant de disparaître prématurément au cours des combats de la guerre franco-prussienne de 1870, Frédéric Bazille est très proche de Renoir et de Monet, chez qui il admire tout particulièrement les scènes de plein air. Profitant d’un séjour estival dans la résidence familiale de Méric, près de Montpellier, il s’attaque à ce motif dans une toile d’assez grand format. Il réunit sur une terrasse dix de ses parents proches. À l’extrémité gauche du tableau, il se représente debout. Les contrastes tranchés montrent l’amour que le peintre porte à la lumière du Midi.

La maison du pendu est l’une des trois toiles que Cézanne présente à la première exposition impressionniste de 1874. L’influence de son ami Camille Pissarro, avec lequel il travaille régulièrement dans la région de Pontoise et d’Auvers-sur-Oise, y est sensible. Par rapport à ses œuvres de jeunesse, Cézanne a adopté les couleurs claires et la touche fragmentée des impressionnistes. Il a également abandonné les thèmes dramatiques ou littéraires pour un sujet simple, voire banal.

Les Parapluies est un tableau peint par Auguste Renoir entre 1881 et 1886. Il mesure 180 cm de haut sur 115 cm de large. Il est conservé à la Hugh Lane Gallery à Dublin.

Une baignade à Asnières est un tableau de Georges Seurat. C’est cette toile qui révèle au critique Félix Fénéon l’art de Seurat et marque le début de son engagement pour la défense du nouveau mouvement pictural qu’il nommera en 1886 néo-impressionnisme.

"Après le bain, femme s’essuyant " est un pastel du peintre français Edgar Degas, réalisé entre 1890 et 1895 et conservé à la National Gallery de Londres, depuis 1959. L’œuvre fait partie d’une série de dessins, d’esquisses préliminaires et d’œuvres réalisées au pastel et à l’huile par Degas, de cette période, qui représentent des femmes se baignant.

À son retour d’Angleterre en 1871, Monet s’installe à Argenteuil et y résidera jusqu’en 1878. Ces années correspondent à une période d’épanouissement. Il présente les Coquelicots au public lors de la première exposition du groupe impressionniste dans les anciens ateliers du photographe Nadar en 1874. Monet dilue les contours et construit une rythmique colorée. Il réalise cela à partir de l’évocation des coquelicots, par des taches dont le format démesuré, au premier plan, montre la primauté accordée à l’impression visuelle. Ainsi un premier pas vers l’abstraction est-il franchi.

Des fumées menaçantes masquent un magnifique coucher de soleil, Guillaumin annonce l’ère industrielle. En 1873, la campagne commence déjà à reculer devant la ville... Profitant de ses dimanches, Guillaumin, petit employé du ministère des Ponts et Chaussées, écumait la banlieue parisienne à la recherche de paysages pour nourrir sa passion : la peinture.

Le Balcon est un tableau réalisé par le peintre Édouard Manet et présenté au Salon de Paris de 1869. La toile représente notamment Berthe Morisot (à gauche), qui deviendra en 1874 la belle-sœur de Manet, et le peintre Antoine Guillemet.

Berthe Morisot fut l’une des fondatrices du mouvement impressionniste, mouvement pictural de la deuxième moitié du 19e siècle. Elle peignit la Femme à sa toilette en 1875, c’est-à-dire un an après la première exposition impressionniste d’avril 1874 qui fut l’un des événements marquants de la naissance du mouvement.

Le Déjeuner sur l’herbe est un tableau d’Édouard Manet achevé en 1863, d’abord intitulé Le Bain, puis La Partie carrée. Il est exposé brièvement pour la première fois au Salon des refusés le 15 mai 1863 puis décroché. La brutalité du style et surtout la juxtaposition d’une femme nue regardant le public et de deux hommes tout habillés ont suscité un scandale aussi esthétique que moral et des critiques acerbes lorsque l’œuvre a été proposée.

Peint à Louveciennes, il est reproduit sur le lieu de sa création sur un parcours du Pays des impressionnistes. Le Chemin de la Machine, Louveciennes rappelle L’Allée de Middelharnis de Meindert Hobbema (1689 Londres, National Gallery), que Sisley a pu voir lors de son premier séjour à Londres.

Le paysage lointain permet à Cézanne de donner une impression de profondeur. Le coloris, enfin, allège ce que la toile pourrait avoir de trop figé ou de trop monumental. La qualité d’une œuvre d’art ne dépend pas seulement de son originalité ; elle doit aussi concerner les épreuves communes à tous les hommes.

Vétheuil dans le brouillard représente, en fait, un paysage sous un brouillard givrant. Et on voit que tout le paysage, le plan d’eau qui est au premier plan et puis le paysage qui est à l’arrière-plan sont figés dans un air glacial qui est représenté par cette atmosphère qui est presque monochrome.

La scène se situe dans l’atelier de la rue de La Condamine que Bazille partage avec Renoir du 1er janvier 1868 au 15 mai 1870. Au centre se trouve Bazille, palette à la main. Mais comme ce dernier l’écrit dans une lettre à son père : "Manet m’a fait moi-même". À l’atelier de Charles Gleyre, il se lie d’amitié avec Monet, Renoir et Sisley qui partagent son admiration pour Manet. L’atelier de Bazille laisse entrevoir les relations et l’intimité qui unissent ces artistes précurseurs.

Certainement le tableau le plus célèbre de Berthe Morisot, le berceau a été peint en 1872 à Paris. L’artiste y représente l’une de ses sœurs, Edma, veillant sur le sommeil de sa fille, Blanche. C’est la première apparition d’une image de maternité dans l’œuvre de Morisot, sujet qui deviendra l’un de ses thèmes de prédilection.

A propos de Zoo

La volonté de Zoo.com consiste à vous divertir, malgré cette existence folle que nous menons tous.

Nous aimerions que vous ayez un regard introspectif, pour découvrir des choses nouvelles et fascinantes. Nous souhaitons que vous regardiez autour de vous, et que vous soyez émerveillés par le monde qui vous entoure. Nous aspirons à vous faire rire en pensant aux souvenirs du passé, ceux qui vous ont façonnés jusqu’à aujourd’hui. Nous avons à cœur de rêver avec vous d’un avenir incertain. Nous espérons que nos quiz et nos articles vous inciteront à le faire.

La vie est un zoo ! Profitez-en sur Zoo.com !

Découvrir plus de quiz